venerdì 9 ottobre 2009

Relire Céline

Je termine à l’instant les lettres de Céline à Albert Paraz. Je me suis amusée de cette langue dont je n’ai pas saisi un traître mot mais dont j’ai compris le sens et la précision. Le sens de la révolte surtout, de l’anticonformisme, contre le pouvoir, la mode, la vanité, la prévarication. Céline a supporté de me pas être aimé, compris, admiré, il a supporté d’être calomnié, traité de criminel, raciste, renégat, collaborateur, malgré son génie. Il se défend et reste debout à cause de son génie. Il est encore là. J’ai terminé le Voyage, dont tant de passages sont à méditer. Je continue ce voyage au bout de Céline, quarante ans après l’avoir lu la première fois, quand beaucoup de pages étaient encore laissées en blanc. Aurai-je le temps d'arriver au bout du personage?